Les séances d’Ecoute(s)

En attendant la prochaine édition du festival, nous organisons des séances d’écoute dans des lieux et sur des thèmes très différents.

Pour chaque soirée, un nouveau lieu et une nouvelle proposition sonore.

Qu’est – ce qu’une séance d’écoute ?

Une séance d’écoute, c’est un moment où l’on s’installe confortablement pour prendre le temps d’écouter collectivement des œuvres sonores : documentaires radiophoniques, créations sonores, fictions.

Une séance d’écoute, c’est un moment où on peut fermer les yeux, s’allonger dans un transat ou sur des coussins pour écouter des sons qui font rire, rêver, voyager, penser, réfléchir, ou au contraire, qui donnent envie de danser.
C’est aussi un moment pour échanger sur ce que l’on a entendu, se questionner, confronter les idées, mettre les thématiques en perspective.

On écoute quoi et où ?

Les séances d’Ecoute(s) sont mobiles, elles vont rencontrer leur public dans des lieux différents à Grenoble et aux alentours.

Salles de spectacle, espace public, endroits privés, tous les lieux sont permis pour se réunir autour de l’écoute attentive d’une œuvre radiophonique ou sonore. Le choix des oeuvres se fait parfois en lien avec le lieu de diffusion, d’autres fois avec une thématique générale. Il peut s’agir d’une seule oeuvre longue diffusée en intégralité comme
de plusieurs oeuvres courtes. Dans tous les cas, la ou les œuvres proposées sont sélectionnées par des bénévoles de l’équipe d’Ecoute(s), passionnés et aux goûts très éclectiques..
Certaines séances d’écoute pourront plus spécifiquement s’adresser au jeune public.

Séance d’écoute(s) # 1 

Jeudi 4 mars 2019 / Le Midi-Minuit, 38 rue Saint Laurent / 19h

Diffusion du documentaire sonore « Alain Péters, le clochard céleste »

de David Commeillas – 54’33 (Production Arte Radio – 2018)

Il n’a laissé qu’une vingtaine de chansons, mais elles ont changé à jamais la musique de l’île de La Réunion.
En ballade dans les champs de canne à sucre et les volcans, David Commeillas part sur la piste des d’Alain Péters, chanteur et poète maudit mort à 43 ans. Génie torturé, alcoolique et autodestructeur, Alain Péters a magnifiquement transformé le maloya en poésie dans les années 70.
Pour mieux saisir la création de Péters, David rencontre le groupe Groove Lélé qui nous initie au maloya, la musique traditionnelle des esclaves de La Réunion. Puis le grand chanteur Danyel Waro prépare un rougail à la morue en racontant ses souvenirs et ses regrets avec Péters. Carlos de Sacco du groupe Grène Semé nous conduit chez Jean Marie Pirot, l’homme qui a réalisé ses rares enregistrements. Enfin le musicien Labelle, esthète d’une musique électronique métissée, explique pourquoi Alain Péters est une inspiration évidente pour une génération créolisée.

Invités : musiciens du groupe Les Pythons de la Fournaise pour un Kabar Maloya

Rougail à déguster autour d’un verre à l’issue de la séance d’écoute (à prix libre)

Tarifs : Prix libre + 3€ d’adhésion au Midi – Minuit

Dehors, il pleut des trombes. On se réfugie au Midi-Minuit comme à la maison. On quitte rapidement nos chaussures pour s’allonger sur les tapis et s’avachir sur les fauteuils. Sous nos paupières, voix, musique et bruits dessinent les paysages sonores sillonnés par Alain Péters. Les traces de cette grande figure du Maloya se confondent souvent avec celles sociales et politiques de l’île de la Réunion.

Le songe de la fin d’écoute et le fantôme de Péters se dissipent doucement dans l’odeur du rougail qui mijote. Ça mange, ça discutaille, ça rit

… et puis, ça file danser le ventre bien (trop) rempli. C’est Kabar Maloya. Pendant deux heures, les musicien.nes valsent d’un instrument à l’autre, au plus grand plaisir de nos oreilles. 

Merci aux cuisinières, aux musicien.nes, au Midi-Minuit et au public !