Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/20/d729087708/htdocs/clickandbuilds/FestivalEcoute/wp-content/plugins/a3-lazy-load/admin/admin-interface.php on line 364
-

Sur Radio Campus Grenoble 90.8 le dernier dimanche du mois de 16h30 à 18h.

Le Rhume du son, c’est notre émission radio dédiée à la création radiophonique sous toutes ses formes! Un dimanche par mois et à l’heure du gouter, nous vous invitons à découvrir fiction, documentaire, reportage, poésie sonore, création radiophonique expérimentale… Chaque émission est l’occasion de passer derrière le rideau et d’échanger avec des réalisat.eurs.trices, des product.eurs.trices, des collectifs radiophoniques…… sans chapelle ni religion, vous pourrez y découvrir des aut.eurs.rices inconnu.e.s comme des plus connu.e.s, mais aussi entendre une équipe d’animation à géométrie variable dans des lieux d’enregistrement de l’émission qui le sont tout autant.

 

Retrouvez dans cette page les archives de l’émission.

Mars 2021

 

Quelles sont les motivations pour créer un collectif autour du son ? Comment choisit-on ce qu’on diffuse ou crée lorsqu’on est en collectif ? Comment s’articule les discussions entre personnes du métier et amat.rices.eurs ? C’est à ces questions que le Rhume du Son essaie de répondre pour sa quatrième émission mensuelle. Enfin, c’est plutôt le collectif Écoute(s) qui invite deux collectifs autour du son l’Alyte et Copie Carbone pour leur poser ces questions et, in fine, se définir lui-même.

À propos des collectifs invités :

Les Sonorités est un collectif de quatre personnes amoureuses de la radio. Elles la bidouillent professionnellement ou bénévolement, au sein de radios associatives, de projets sonores et d’ateliers radios.
Les Sonorités, c’est aussi un projet au plus long cours. Une envie de cartographier de manière sonore des espaces géographiques en France, à partir des rencontres avec les gens qui vivent ce territoire. A partir de cette cueillette dans les archives sonores; dans les radios associatives et émissions radios, à partir de chants, de musiques et de portraits d’habitant·e.s, les Sonorités ont également créé un fanzine, proposant aussi une piste sonore avec des extraits des sons recueillis.Pour contacter le collectif, pas de site internet mais une adresse mail : lessonorites@gmail.com

Créé en 2018 à Marseille, le collectif Copie Carbone fabrique des sons destinés à la diffusion publique et anime des radios éphémères.
Toutes les informations à propos de ce collectif (création, diffusion et ateliers) sont disponibles sur leur site : http://www.copiecarbone.fr/.

Les sons diffusés :

LUCINDE, fiction sonore réalisée par Katia Kovacic, Hélène Coeur et Jean-Bernard Hoste avec une classe de seconde de l’institut agricole à Hazebrouck, 10’18 », 2018.

Dans les bois de Flandres, Lucinde s’émancipe peu à peu des ordres mécaniques qu’elle reçoit dans son oreillette et trouve la paix dans la forêt près des grands arbres.

LA PREMIÈRE FOIS, Création collective réalisée dans le cadre de la carte blanche à Copie Carbone au festival de premiers films documentaires La Première Fois à Marseille le 8 mars 2020, 29’27’’.

Des histoires de calamars vibrants qui viennent réécrire l’histoire de nos corps, des brouillards de pensées en train de naître et de flotter à la surface de nos marées mentales, des fois loupées d’amour mais qui continuent à nous faire aimer pour la première fois (comme à chaque fois), des pas sur la lune à la télévision aux apparitions des téléphones qui rendent zinzin et nous font entendre des boucles d’échos chelous, des premières langues comme celles qu’on échange de bouche à bouche en essayant de se comprendre et d’ajuster sa langue à l’autre dans un apprentissage très techno-organique via duolingo (une appli de smartphone), et bien ce qu’on voudra d’autre.

La musique
Deep Throat Choir, Hunter

Image d’illustration issue de l’Alyte n°0

Février 2021

La pornographie est comme un miroir dans lequel nous pouvons nous regarder. Quelquefois, ce que nous y trouvons n’est pas très joli à voir, et peut nous mettre très mal à l’aise. Mais quelle merveilleuse occasion de se connaître, d’approcher la vérité et d’apprendre. La réponse au mauvais porno n’est pas d’interdire le porno, mais de faire de meilleurs films pornos.”  Annie Sprinkle

L’audioporn, pourrait-il être cet autre porno ? Quelles en sont les formes et les intentions ?

Notre invitée, Pauline ou Tympan Cul Cul de son nom d’artiste, est l’une des quelques créatrices de pornographie sonore en France. Avec elle, nous découvrirons, au cours de l’émission, les langages d’un sexe qui s’écoute. De quoi bouleverser durablement nos représentations de la pornographie.

Les œuvres ou extraits choisis respectent la réglementation du CSA qui encadre la diffusion de programmes non adaptés au moins de 16 ans. Par conséquent, nous vous invitons à prolonger l’écoute par vous-même, en découvrant les œuvres diffusées dans leur totalité ou d’autres créations originales. Voici donc quelques liens pour s’immerger, casque sur les oreilles, dans l’univers sonore pornographique.

Les sons diffusés (œuvres complètes)

Un audioporn où le cul n’est pas du cul… et inversement. Et toi? tu entends quoi?

Dans cette fiction sonore, une femme explore les chemins du désir féminin, ses contre-allées déroutantes, ses ruelles cachées, ses zones de liberté. Comment l’imaginaire érotique se construit parfois loin de la vie amoureuse réelle. Comme souvent, la solution va venir de façon totalement inattendue : un nouvel embranchement, le porno sonore et ses communautés, le merveilleux site Gone Wild Audio et la jouissance de l’écoute…

Une émission sous forme de correspondances, elles-mêmes déclinées sous plusieurs formes d’expression (paysage, poésie, anecdote, adaptation, etc.).

Eparpillées partout : Bretagne, Rhône Alpes, Région Parisienne, bassin méditerranéen, villes, campagne, maison, caravane, mouvement, bateau, vélo, camion, caravane, paysages automatiques, raconter, déballer un gros sac, poésies locales, histoires polyphoniques, lectures érotiques, idées, choses, connexions qui les rassemble, pensées à l’une, à l’autre, vivre l’ici, vivent l’ailleurs, envie d’écrire, envie de dire, envie de lire.

La fiction sonore

Et si l’État interdisait les rapports sexuels ? L’intelligentsia du futur débat avec ferveur sur le plateau d’une radio qui n’existe pas. Un pastiche dystopique qui part en couilles.

A propos

QUD est un magazine sonore, en ligne, gratuit et indépendant. Un seul sujet, celui qui vous intéresse : le sexe. Des podcasts qui parlent de cul, mais jamais du même point de vue.

Mise en son du texte « Eloge de la main », de Wendy Delorme, paru en 2009 dans Insurrections! En territoire sexuel, aux éditions Au Diable Vauvert.

*Mention toute spéciale pour ce son que nous n’avons pas eu le temps de diffuser … à écouter absolument !

——————————————————————————

Musique diffusée : Let’s Have A Kiki, Siscor Sisters

——————————————————————————

Janvier 2021

D’abord touché par la sincérité et la simplicité de la série documentaire « Itinérance », nous avons eu envie de vous faire partager quelques créations sonores de Clara Lacombe. Cette émission est l’occasion de parler de son parcours, l’importance de la rencontre dans ses réalisations et ses envies futures.
En quelques mots : Clara Lacombe s’est formée à la prise de son et à la réalisation de 2014 à 2018 chez Radio Campus Paris avec l’émission 37°2. Aujourd’hui, son travail se diversifie. Elle vient d’ailleurs de terminer une fiction en 6 épisodes « Les nuits du bout des ondes » produit par l’INA (à découvrir en avant-première dans l’émission!). Et pour en savoir plus, vous n’avez qu’à jeter un oeil sur son site web: claraloulacombe.wixsite.com/

Les documentaires diffusés :

Itinérance – Episodes 1 « Introduction », 5 « Les fripes » et 6 « Guermessa »
Série coréalisée par Léa Capuano et Clara Lacombe / 6 x 15′ / 2019 / association ITINERANCE

Un podcast pour comprendre les mille et une histoires de l’armoire méditerranéenne. Il s’interroge sur le sens de la mode et du vêtement. Que raconte le vêtement de celui qui le porte, de celui qui l’a fabriqué ou encore vendu ? Pour cette première étape en Tunisie, nous passons par le souk, les fripes de Tunis ou encore par les ateliers d’artistes de Sidi Bou Saïd. Il emprunte les routes de l’artisanat, du tourisme, de la nostalgie, des femmes, du capitalisme, de la société civile et de la révolution de 2011.

37°2 – Josiane, Une Retraite Nue Et Culottée / RADIO CAMPUS PARIS
Coréalisé avec Léa Capuano

On rentre de vacances et on ramène avec nous nos dernières belles rencontres de l’été. On embarque pour un voyage radiophonique, sur le siège passager de Josiane, jeune retraitée qui a décidé que sa vie devait désormais ressembler à un été éternel. Une vie sans contraintes, sans emmerdes, sans vêtements. En route vers un retour à l’essentiel !

Les nuits du bout des ondes / INA
Série de fiction radiophonique à base d’archives / 6 x 15′
Réalisée par Marine Beccarelli, Viviane Chaudon et Clara Lacombe

Diffusion en AVANT PREMIERE du premier épisode / sortie prévue février 2021 sur Radio France et sur l’application Madelen
Jean, taxi de nuit, nous entraîne dans les méandres du Paris nocturne, pour une nuit entière passée sur sa banquette arrière. Heure après heure, la réalité se confond avec les rêves de Jean et le passé se transforme en éternité : sa passion de jeunesse pour Sylvie, les fêtes enfumées, les corps qui se frôlent et la crainte de la solitude … De rencontres étranges en changements de fréquence, Jean explore la nuit dans toutes ses dimensions. Cette histoire est aussi un peu la nôtre et une invitation à plonger dans la mémoire des ondes radiophoniques.

Décembre 2020

Pour ce baptême de l’émission, nous accueillons Julien Baroghel et Guisane Humeau

Les documentaires diffusés :

DE RUE ET D’AMOUR – de Julien Baroghel (35’)
Suite au décès de son compagnon, Patrick sombre dans une profonde dépression. Pendant trois ans, il reste mutique, enfermé, seul dans son appartement. Un jour, il décide de partir. Il commence à errer dans les rues du centre-ville. Il rencontre peu à peu de nouveaux amis, retrouve une certaine forme de liberté, reprend goût à la vie et tombe amoureux. Il nous raconte son quotidien à la rue, sa passion pour l’opéra, et comment, en ayant tout abandonné, il redécouvre son désir et sa sexualité. Jusqu’au jour où, à demi-mots, il révèle la vraie raison de son départ.

JÉSUS – de Guisane Humeau (17’)
Un jour, Kim, Angel, Flo et Rocio décident de squatter un appartement à Barcelone. En ouvrant le lieu, ils tombent sur une grande flaque de fluides plutôt étrange. Une flaque de mort.